Articles

Annemiek Van Vleuten, une carrière hors norme

La championne néerlandaise fait partie de celles qu’on ne présente plus. Au plus haut niveau depuis près de 10 ans, elle s’est taillée une place parmi les plus grandes au fil des ans, remportant tour à tour les plus grands évènements du calendrier féminin. Sa récente victoire sur le Giro Rosa nous donne l’occasion de revenir sur les moments clés de sa carrière exceptionnelle

2008, premiers pas chez les pros

Après des débuts dans le football, Annemiek Van Vleuten est contrainte de s’arrêter suite à une blessure. Nous sommes en 2006, elle découvre alors le cyclisme. Après des débuts concluants au sein d’un club amateur, elle parvient à intégrer l’échelon professionnel en 2008 au sein de l’équipe néerlandaise Vrienden van het Platteland. Elle y effectue ses premiers tours de roue aux côtés de Ellen Van Dijk notamment, et montre rapidement de belles aptitudes sur les terrains vallonés. Quelques beaux tops 10, mais aussi une troisième place sur le prologue du Tour du Limousin, qui révèle des qualités indéniables sur l’exercice chronométré.

2009, une rencontre au sommet

L’année suivante, Annemiek intègre la formation DSB Bank – Nederland Bloeit, au sein de laquelle elle rencontre Marianne Vos, l’une des plus grandes championnes de l’histoire du cyclisme féminin, qui remporte cette saison là 18 victoires. Une rencontre fructueuse qui permet à la néerlandaise, déjà âgée de 27 ans, de tirer profit de toute l’expérience du haut niveau et de poser les bases de sa grande carrière. Elle confirme ses résultats de l’année précédente, aussi bien en contre-la-montre que sur les courses en ligne, mais ne parvient pas encore à franchir le palier menant à la victoire.

Annemiek Van Vleuten en 2009 au sein de l’équipe DSB-Bank

Ce palier, elle le franchit l’année suivante. Elle termine 10e du Tour des Flandres, une performance impressionnante qui lui permet d’acquérir un nouveau statut, qu’elle confirme quelques jours plus tard en s’imposant sur la Novillon Eurocup Ronde Van Drenthe. Le train est en marche, et les succès s’enchainent, d’abord sur la Gracia – Orlova, puis sur l’épreuve espagnole Emakumeen Bira, qu’elle termine à la 2e place après avoir remporté la 5e étape. Le point d’orgue de sa saison reste la Route de France, qu’elle remporte haut la main, décrochant également une victoire d’étape et plusieurs podiums, avec une 9e place pour plus mauvais résultat de la semaine. Une saison qui en dit long sur les capacités de la néerlandaise de 28 ans.

Première victoire sur le Tour des Flandres

C’est en 2011 qu’Annemiek Van Vleuten décroche sa première grande victoire, à l’occasion de la 8e édition du Tour des Flandres féminin. Elle devance Tatiana Antoshina et sa coéquipière Marianne Vos, et s’impose comme l’une des révélations de cette saison 2011. Elle terminera sa saison avec 3 victoires en Coupe du Monde, décrochant notamment la victoire sur le GP de Plouay, et remporte par la même occasion la Coupe du Monde.

Annemiek Van Vleuten lors de sa victoire sur le “Ronde” en 2011

L’année suivante, l’équipe devient Rabobank Women’s Team, et Pauline Ferrand Prévot fait son arrivée au sein de l’effectif, alors âgée de 20 ans. Annemiek Van Vleuten signe une saison pleine avec 9 victoires, dont un titre de championne des Pays Bas du contre-la-montre.

2017, la consécration

Après plusieurs saisons plutôt réussies, agrémentées de victoires d’étapes sur le Giro, de nouveaux titres de championne des Pays Bas du contre-la-montre et de places d’honneurs sur les plus grandes classiques, Annemiek semble avoir trouvé son rythme de croisière, et aborde cette saison 2017, sa 10e chez les professionnels, au sein de la formation Orica-Scott avec le statut de favorite sur des épreuves comme les Strade Bianche ou le Tour des Flandres, épreuves qu’elle termine parmi les 5 premières. Mais, à bientôt 35 ans, on songe plutôt à sa fin de carrière qu’à une réelle progression, et les espoirs placés en elle se sont érodés au fil du temps, avec le sentiment que le meilleur était déjà derrière elle. Ce sentiment est renforcé par sa lourde chute survenue l’année précédente sur la course en ligne des Jeux Olympiques de Rio, alors qu’elle menait la descente finale seule en tête. Mais c’était sous estimer le tempérament et le talent de cette championne atypique, qui a pris une autre dimension au cours de cette saison 2017.

Van Vleuten en tête aux Jeux de Rio, peu avant sa lourde chute

Au mois de juillet, elle réalise un magnifique Tour d’Italie, remporte 2 étapes et termine 3e du classement général. Une performance qui démontre son excellente forme, qu’elle met à profit quelques jours plus tard pour remporter la Course by Le Tour et ajouter une ligne de prestige à son palmarès. Elle remporte également le Boels Ladies Tour en s’imposant sur les deux étapes contre-la-montre, avant de conclure sa saison avec brio sur les championnats du monde en terminant 4e de la course en ligne, 4 jours après avoir décroché son premier titre mondial sur l’exercice chronométré.

Une fin de saison en apothéose, qui prouve une nouvelle fois toute l’étendue de ses qualités et le place comme l’une des grandes championnes de sa génération.

Premier titre mondial en 2017

Van Vleuten sans limite ?

En 2018, elle confirme largement son statut et va même bien au-delà. 3e du Tour des Flandres et de Liège Bastogne Liège, mais surtout vainqueure du Tour d’Italie pour la première fois, avec 3 victoires d’étapes en prime, la néerlandaise entre définitivement dans une nouvelle dimension. Elle double également la mise sur la Course by Le Tour, ainsi que sur le Boels Ladies Tour et les mondiaux de chrono.

Victorieuse au sommet du mythique Zoncolan, elle confirme sa domination sur le Giro 2018

Cette saison est bien partie pour rester la plus belle de sa carrière, avec déjà une victoire sur les Strade Bianche, une 2e place sur le Tour des Flandres, l’Amstel Gold Race et la Flèche Wallone, ainsi qu’une superbe victoire sur Liège Bastogne Liège. Un 4e titre de championne nationale du contre-la-montre et un second sacre sur le Giro donnent déjà à son année 2019 une fort belle allure, qui n’attend que d’être bonifié demain par un succès sur la première édition de la Clasica San Sebastian féminine, avant pourquoi pas de défendre avec succès son maillot arc-en-ciel face à l’horloge dans le Yorkshire au mois de septembre.

Van Vleuten décroche à Liège le second monument de sa carrière
Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents

En haut