Articles

La liste des candidatures pour le World Tour dévoilée

L’UCI a révélé cette semaine la liste des équipes ayant déposé une demande pour intégrer le World Tour l’an prochain. Si les 18 formations actuelles ont évidemment renouvelé leur demande, on note également les candidatures des deux équipes françaises de deuxième division, Arkea Samsic et Cofidis. L’occasion de faire le point sur les différentes possibilités à quelques semaines de la fin de saison.

Israel Cycling Academy change la donne

L’équipe Katusha Alpecin était menacée de disparition, il n’en sera rien. La structure aura finalement pu se sortir de cette arrêt brutal du sponsoring annoncé il y a quelques mois, au prix d’un rachat par l’équipe Israélienne. En effet, cette solution permet aux coureurs sous contrat, mais aussi au staff de l’équipe d’espérer poursuivre leur carrière au sein de cette nouvelle formation, qui ambitionne bien sûr de se maintenir en World Tour. En réalité, ce maintien ne dépend désormais plus que de la validation officielle du rachat par l’UCI, qui devrait selon toute logique être annoncée dans les prochains jours. Une place de prise donc, ou presque, en première division.

NTT, la fin de l’aventure ?

C’est la question qui se pose logiquement après deux saisons catastrophiques pour la formation sud-africaine. Loin des résultats espérés, les coureurs de l’effectif n’ont clairement pas été en mesure de rivaliser au meilleur niveau depuis quelques temps. Un bilan qui ressemble d’ailleurs bien plus à celui d’une équipe Continentale Pro qu’à celui d’une équipe World Tour. En résumé, les 16 premières places sont déjà prises par les différentes formations du World Tour, auxquelles on ajoutera la plus que probable arrivée de l’équipe Israël Cycling. Il ne reste donc qu’une place à pourvoir, en admettant que le nombre d’équipes en première division ne change pas. C’est de ce détail que pourrait venir le salut de l’équipe Dimension Data, qui sera renommée NTT à partir de l’an prochain. Une option qui est désormais permise par le règlement, qui autorise d’étendre ce nombre jusqu’à 20, et qui n’est pas exclue par David Lappartient, dirigeant de l’instance internationale. On apprenait récemment de la part du président de l’UCI que dans l’état actuel des choses, il pourrait très bien y avoir 19 équipes en World Tour l’an prochain. Cela pourrait effectivement s’avérer nécessaire, car cette place sera très disputée.

Cofidis et Arkea, la France puissance 4 ?

C’est de ces deux formations que provient la menace la plus directe pour l’équipe sud-africaine. En effet, les deux équipes qui évoluent actuellement en deuxième division, disposent de sérieux arguments qui pourraient jouer en leur faveur et leur permettre d’accéder à l’échelon supérieur. La formation Cofidis de Cedric Vasseur peut en effet prétendre au World Tour grâce à des résultats très solides depuis trois ans, mais aussi grâce à un recrutement massif, centré principalement autour de Elia Viviani et Guillaume Martin. L’effectif, la stabilité financière, les résultats, tout semble donc réuni pour l’équipe nordiste pour opérer son retour au plus haut-niveau. L’équipe dirigée par Emanuel Hubert, Arkea Samsic, a également déposé sa candidature pour l’an prochain. Là encore, les arguments sont percutants, même s’ils apparaissent plus fragiles. L’arrivée des frères Quintana, Winner Anacona Diego Rosa était déjà un très joli coup, mais les signatures de Nacer Bouhanni, Thomas Boudat ou encore le retour de Dan McClay ont achevé de renforcer leurs espoirs de montée en division supérieure. Néanmoins, malgré ce mercato exceptionnel, les résultats obtenus depuis deux saisons semblent nettement mois éblouissants que ceux de Cofidis. Si la première à déjà un pied solidement ancré en première division, la seconde pourrait bien devoir se contenter d’une année supplémentaire en continental pro. Mais il existe une possibilité pour que toutes ces candidatures soient acceptées, ce qui signifierait alors que la France compterait 4 équipes en première division. Une première à ce niveau, qui semble toutefois assez peu probable, en témoigne le discours de David Lappartient, qui semblait évoquer 19 équipes pour 2020, ce qui pourrait signifier le refus de la candidature de la formation bretonne. Quoiqu’il en soit, le mercato aura été d’une Intensité rare, et il ne fait aucun doute que toutes ces formations feront tout pour décrocher le graal, dès 2020 pour certaines, et à plus long terme pour d’autres

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents

En haut