Articles

Lotto Soudal vs Deceuninck Quick Step, un duel au sommet ?

Le duel opposant les deux formations d’élite en Belgique n’est pas nouveau. Depuis plus de 20 ans, elles se disputent chaque printemps les plus belles classiques, de Milan San Remo à Liège Bastogne Liège en passant par les prestigieuses classiques pavées, sans oublier le Tour de Lombardie, repoussé en automne. Peter Van Petegem et Andrei Tchmil chez Lotto Adecco, Paolo Bettini et Johan Museeuw chez Mapei Quick Step au début des années 2000, les bases d’une opposition d’anthologie qui aura façonné l’histoire des courses d’un jour les plus mythiques. Les plus grands noms seront passés chez Lotto, avec des spécialistes des classiques tels que Van Petegem, Tchmil, Van Avermaet ou Gilbert, mais aussi des sprinteurs tels que Robbie McEwen ou André Greipel. Du côté de Quick Step aussi, les arguments sont solides. Museeuw, Bettini, Boonen, Devolder, Terpstra ou encore Kwiatkowski, sans oublier Freire, Cancellara ou Petacchi. Si l’avantage du palmarès revient sans doute à la formation de Patrick Lefevere (Quick Step), qui a remporté à plusieurs reprises tous les monuments, mais aussi des étapes de grands tours à foison, sa rivale n’aura pas démérité durant ces années, décrochant elle aussi des victoires sur les 5 rendez-vous majeurs du calendrier. Mais cette année pourrait bien changer la donne.

2020, Lotto Soudal prend le pouvoir ?

La question est légitime. En effet, si la supériorité de la Deceuninck n’a pas laissé de place à la moindre ambiguïté ces dernières années, la saison 2020 pourrait bien s’avérer plus disputée. Pour comprendre cela, il convient de se pencher sur le mercato hivernal, plutôt réussi pour Patrick Lefevere, avec la signature de Sam Bennett notamment, qui lui assure une certaine réussite sur les grands tours. L’effectif comporte également des atouts majeurs sur les classiques, à l’image de Julian Alaphilippe, Bob Jungels, Yves Lampaert, Zdenek Stybar ou encore Remco Evenepoel. Une armada qui pourrait effrayer la plupart des équipes du World Tour… Mais pas son éternelle rivale belge. En effet, si le mercato de la Deceuninck peut paraître séduisant, celui de la Lotto Soudal est tout simplement exemplaire. L’élément clé de ce recrutement réside dans les signatures de Philippe Gilbert et John Degenkolb. Ces deux recrues de choix permettent à l’équipe d’envisager des performances de très haut niveau, tout particulièrement sur les classiques, qui restent l’objectif majeur de l’équipe. L’effectif sur ce pôle possède une densité très impressionnante et des atouts individuels particulièrement précieux. On peut citer, bien évidement, Philippe Gilbert et John Degenkolb, vainqueurs de nombreux monuments, mais il faut également se pencher sur les coureurs qui vont les entourer tout au long de l’année. Tim Wellens, dont les références ne sont plus à présenter, sera un élément clé dans le dispositif, mais la présence de Sander Armee, Jelle Wallays, Jasper De Buyst ou encore Tosh Van Der Sande pourrait s’avérer déterminante sur ces épreuves, mais aussi sur les grands tours, où Caleb Ewan pourra exploiter son potentiel pour viser les victoires d’étapes. En clair, l’effectif de la Lotto Soudal pourrait bien lui permettre de rivaliser avec la Deceuninck, et pourquoi pas à long terme renverser la tendance, sur les pavés ou même sur les sprints, qui semble redevenir une spécialité au sein de l’équipe

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents

En haut