Articles

Mavic en redressement judiciaire

La nouvelle a autant surpris les suiveurs que les salariés de la Manufacture d’Articles Velocipédiques Idoux et Chanel (MAVIC). Dans une situation financière assez précaire depuis plusieurs années, le fabricant, reconnu comme une référence dans le milieu cycliste, a subi un rebondissement pour le moins innatendu. Alors qu’il avait été annoncé publiquement que l’entreprise avait été cédée par Salomon, son propriétaire depuis 1994, à Regent LP, un fonds d’investissement californien, la marque à finalement été vendue à M. Sports, un autre groupe sans aucun lien avec Regent. Un retournement innatendu et surtout très mal perçu par le tribunal de commerce de Grenoble, qui a placé l’entreprise en redressement judiciaire le 2 mai avec une période d’observation de 6 mois. Gérard Meunier, secrétaire du Comité Économique et Social, s’est exprimé sur AFP : “Dans quelles conditions Salomon et le groupe Amer Sports ont cédé Mavic ? Et qui se cache derrière cette société M Sports et pourquoi a-t-elle acquis Mavic ? Lors de l’achat de Mavic, Regent nous a dissimulé la véritable identité de l’actionnaire repreneur (…) Ça faisait longtemps que les salariés étaient inquiets, des années qu’on demandait à relever la tête et à avoir des investissements. Là, maintenant, il faudrait trouver un repreneur avec un vrai projet et qui veuille rester dans le bassin annécien”. Les 205 salariés de la marque au “sang jaune” sont bien sûr inquiets concernant leur avenir, mais il faut rappeler que Mavic bénéficie d’une excellente réputation et dispose d’atouts économiques très solides malgré ses résultats difficiles, et notamment plus de 70 brevets détenus sur des technologies avancées.

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents

En haut