Articles

Biniam Ghirmay sous les feux de la rampe

Si le cyclisme africain semble se porter de mieux en mieux en se dotant de coureur de renom tels que Tsgabu Grmay, Daryl Impey ou encore Ryan Gibbons, il est un nom qui ne passe plus inaperçu depuis quelques temps, celui du très jeune Biniam Ghirmay. Originaire d’Érythrée, le pensionnaire de l’équipe Delko fêtera ses 21 ans le 2 avril prochain. Et ses performances ne laissent pas indifférent… Incisif en 2020 sur des épreuves telles que le Tour du Doubs (2e), le Giro della Toscana (4e) ou le Trofeo Lagueiglia (2e), il avait également remporté 2 étapes du Tour du Rwanda, devant des sprinteurs tels que Attilio Viviani, Lorrenzo Manzin ou Emmanuel Morin. De très solides références pour la jeune pépite qui s’était révélé en 2019 en battant André Greipel et Niccolo Bonifazio au sprint sur la Tropicale Amissa Bongo, avant de briller sur la dernière étape de l’Avenir qu’il avait terminé à la 5e place, devant Barnabas Peak, Tobias Foss, Ilan Van Wilder ou encore Clément Champoussin. Un véritable diamant brut, capable de briller sur tous les terrains, de quoi attirer l’attention de bon nombre de suiveurs. En ce début de saison 2021, Biniam Ghirmay confirme ses aptitudes. Après une reprise discrète en Provence, puis sur les routes du Var, il s’est montré à son avantage sur la Royal Bernard Drome Classic remportée par Andrea Bagioli, en prenant la 7e place. Ce mercredi, il s’est de nouveau illustré en Italie en terminant 9e d’une édition particulièrement relevée du Trofeo Lagueiglia, au sein d’un groupe où figuraient notamment Andrea Vendrame, Jesús Herrada, Valentin Madouas ou encore Gianluca Brambilla. Un début de saison très prometteur qui risque d’attirer l’attention sur lui au cours des semaines à venir, alors que l’on devrait le retrouver notamment sur le GP Industria e Artegianato ce dimanche. Affaire à suivre…

Commenter

Commenter

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Articles récents

En haut