Home Articles La Bora Hansgrohe attendue au tournant

La Bora Hansgrohe attendue au tournant

by Romain Zanol

Pour cette saison 2022, la formation allemande fait dans le changement. Avec neuf départs et huit arrivées, un tiers de l’effectif de 30 coureurs est remodelé. Le projet sportif de l’équipe pourrait également être modifié puisque cette année une part plus importante de l’effectif semble axée sur la montagne et les courses par étapes.

La Bora-Hansgrohe sur le Saudi Tour – SprintCycling

Le départ de Sagan et son entourage

Coté départ comment ne pas parler de celui de l’emblématique Peter Sagan. Le champion slovaque avait rejoint l’équipe en 2017 lors de l’arrêt de l’équipe Tinkoff. En cinq ans de contrats la rockstar du peloton a bien remplie l’armoire à trophées : Deux maillots de champion du monde, un maillot de champion d’Europe et deux de champion de Slovaquie mais également deux maillots verts et un maillot cyclamen (le maillot du sprint sur le Tour d’Italie) qui ont eu pour conséquence de rarement le voir porter le maillot original de la Bora-Hansgrohe.

Pour ce qui est des courses gagnées, de nombreuses victoires dont un Paris-Roubaix, un Gand-Wevelgem et sept victoires en Grand Tour (cinq sur le Tour de France et deux sur le Tour d’Italie). La période post-confinement l’a vu encaisser le poids des années. En désaccord avec la direction de l’équipe il quitte la Bora-Hansgrohe pour intégrer la formation TotalEnergie.

De son côté la formation allemande se retrouve soulagée d’un salaire de cinq millions d’euros. Toutefois le slovaque ne part pas seul. Il emmène dans sa valise sa garde rapprochée, son frère Juraj Sagan et ses deux amis le polonais Maciej Bodnar et l’italien Daniel Oss. Erik Baska, quitte aussi la formation germanique mais lui en direction de l’équipe continental Dukla Banska Bystrica.

suivi par celui d’Ackermann.

Un autre grand nom du cyclisme mondial quitte la Bora-Hansgrohe, en la personne de Pascal Ackermann. Ce dernier rejoindra ses anciens coéquipiers Majka et Formolo au sein de la formation UAE. Le sprinter allemand était également arrivé dans l’équipe en 2017. Au cours de ces cinq années de contrat il remporte de nombreux sprint massif dont deux étapes du Tour d’Espagne et deux étapes du Tour d’Italie qui s’accompagnent du maillot cyclamen. Son départ a également entrainé celui de son train de sprint.  Les Allemands Schwarzmann et Selig rejoignent la formation Lotto-Soudal. De son coté Schillinger met un terme à sa carrière.

Sagan lors du critérium d’Italie à Dubaï – Bettini

Le transfert d’un grand nom du sprint

La Bora-Hansgrohe a été une des équipes les plus actives du World Tour sur le marché des transferts. Le départ de Peter Sagan et de son salaire a permis le recrutement de dix coureurs de haut niveau.

Sam Bennett, actuellement un des meilleurs sprinteurs mondiaux fait son retour en Allemagne après deux ans chez Deceuninck-Quick Step. Il y a gagné quatorze victoires et a affirmé son statut de grand nom du sprint. Son aventure au sein du Wolfpack s’est mal terminé suite à des désaccords avec le patron de l’équipe, Patrick Lefevere.

L’irlandais revient donc à la Bora-Hansgrohe avec un nouveau statut mais également en étant plus libre car débarrassé de la concurrence de Pascal Ackermann qui l’avait obligé à quitter la formation allemande fin 2019. Sam Bennett ne revient pas seul mais avec un élément important de son train de sprint, le néozélandais Shane Archbold qui quitte lui aussi la formation de Patrick Lefevere. Pour finir le recrutement, les arrivées de son compatriote Ryan Mullen et du belge Danny Van Poppel viennent compléter sa nouvelle garde rapprochée.

et de grimpeurs prometteurs.

La formation allemande s’est également renforcée en prenant de jeunes grimpeurs prometteurs du peloton World Tour. L’arrivée du néozélandais Jay Hindley, du colombien Sergio Huguita et du Russe Aleksandr Vlasov font parties des gros coups de ce mercato. Ces trois coureurs sont encore jeunes et ont déjà montré de belles choses. Toutefois tous ont en commun d’avoir du mal à confirmer les espoirs placés en eux. Intégrer la formation Bora-Hansgrohe leur permettra de s’aguerrir d’avantage au contact de certains coureurs avec plus d’expérience. Ils seront moins sous pression car rarement leader unique afin de pouvoir passer un cap et confirmer leur potentiel présent.

Pour compléter ce recrutement trois autres coureurs ont rejoint la formation allemande. L’autrichien Marco Haller de la Bahrain Victorious et Jonas Koch de Intermarché-Wanty-Gobert s’ajoutent à un effectif déjà bien garni. Ils vont apporter leur expérience aux jeunes coureurs. Leur qualité de rouleurs / équipiers infatigables sera utile au collectif de l’équipe allemande.

Le recrutement s’achève sur l’arrivée du prodige Cian Uijtdebroeks en provenance de la Team Auto Eder, l’équipe « centre de formation » de la Bora-Hansgrohe. Le coureur belge de 18 ans s’est révélé durant ses années juniors en surclassant ses adversaires sur des courses réputées comme la Classique des Alpes Juniors, Kuurne-Bruxelles-Kuurne Juniors ou encore sur une étape de la Course de la Paix Junior. Certains le comparent déjà à son ainé Remco Evenepoel de par sa précocité et sa nationalité. Pourtant des interrogations subsistent à son sujet. Va-t-il réussir son adaptation dans le peloton professionnel ? Quel est son profil ? La Bora-Hansgrohe est-elle l’équipe adéquate à son développement ?

Vlasov lors de la 2ème étape du Tour de Valence – SprintCycling

Un changement de stratégie sportive :

Sportivement la Bora-Hansgrohe va aussi effectuer du changement. Le départ de Sagan et de Daniel Oss lui fait perdre deux cartes majeures en vue des classiques flandriennes. Ce domaine va donc passer au second plan pour la formation allemande. Attention toutefois à Nils Politt pouvant prétendre à un podium. Danny Van Poppel et un jeunes comme Walls pourraient également se révéler dans un domaine où ils sont moins attendus.

Coté classique ardennaise l’équipe sera bien plus compétitive. Avec en tête de file Maximilian Schachmann, lui qui a déjà fait 3e de l’Amstel Gold Race, 3e de Liège Bastogne Liège et 3e des Strade Bianche. Cette année pourrait le voir enfin lever les bras sur une course d’un jour. Pour l’accompagner la Bora-Hansgrohe pourra compter sur des jeunes prometteurs comme Aleotti ou Schelling qui devront confirmer les belles promesses entrevues en 2021.

Cette saison, la Bora-Hansgrohe risque d’être omniprésente sur les courses par étapes. Son effectif semble paré à jouer sur les courses d’une semaine et les Grands Tours. Ayant dans son effectif le double vainqueur de Paris-Nice ainsi que le deuxième de l’édition 2021 et le troisième de l’édition 2020, il est certain que la formation germaine va s’aligner sur la Route du Soleil avec l’idée de la remporter une troisième fois de suite. Les coureurs comme Schachmann, Huiguita et Vlasov pourront profiter de leurs qualités en moyenne montagne et en chrono pour essayer d’accrocher un podium voir mieux sur toutes les courses à étapes de première partie de saison.

Un nouveau rôle sur les Grands Tours

Concernant les trois Grands Tours des informations auraient fuitées concernant les compositions sur ces épreuves :

Le Tour d’Italie devrait être dédié aux grimpeurs puisque la Bora-Hansgrohe devrait aligner Buchmann, Kelderman et Hindley. Avec deux coureurs ayant terminés sur le podium de l’épreuve en 2020 les ambitions de la Bora-Hansgrohe sont claires, et pour y parvenir les grands moyens sont employés. En effet Fabbro, Zwiehoff, Aleotti et Kämna seront présent au départ à Budapest afin d’épauler leurs leaders et éventuellement aller chercher des étapes lorsque la route s’élèvera.

Du côté de l’hexagone les ambitions seront avant tout les victoires d’étapes puisque la Bora-Hansgrohe devrait aligner Sam Bennett et Danny Van Poppel. L’irlandais visera une troisième victoire et pourquoi pas un second maillot vert. Vlasov et Schachmann ont également été annoncé. Le premier devrait essayer de défendre un top 10 au général aidé par le second. L’allemand pourrait également chasser la victoire d’étape en compagnie de coureurs expérimentés comme Konrad.

Pour la Vuelta peu d’informations ont fuitées, seulement la présence d’Higuita qui sera sûrement accompagné par un second leader. La Bora-Hansgrohe aura l’embarras du choix pour composer son équipe. Il est fort probable que Sam Bennett qui compte déjà 3 victoires soit de la partie.

Konrad victorieux sur la 16ème étape du Tour de France 2021 – Stephane Mahe

La Bora-Hansgrohe aborde cette saison 2022 avec un effectif composé de quelques coureurs faisant partie du gratin du cyclisme mondial, auquel s’ajoutent des jeunes talentueux qui vont devoir confirmer. Après une saison 2021 plutôt décevante et clôturée sur une 7e du classement UCI par équipe, la Bora-Hansgrohe s’annonce comme une équipe redoutable sur les Grands Tours, capable d’empiler les victoires d’étapes et de prétendre à placer des coureurs dans le top 5 voire même sur le podium.

You may also like

Leave a Comment