Home Articles Des phénomènes comme ROGLIC et POGACAR en pleine ébullition dans le magma des Balkans ?

Des phénomènes comme ROGLIC et POGACAR en pleine ébullition dans le magma des Balkans ?

by Aboubacar Soumare

Mentionner la Slovenie il y a une décennie dans le monde du sport, nous orientait automatiquement vers le Basketball et les sports d’hivers. Ce petit pays encastré dans les Alpes Juliennes n’était pas si inconnu que cela dans le cyclisme mais avait juste un impact circonscrit à la performance d’un ou deux coureurs avec une bonne partie du contingent qui s’affichait en hommes de devoirs. Le véritable fer de lance du cyclisme slovène demeure Janez BRAJKOVIC entamant cette saison sa 17e année de carrière dans l’équipe Continentale serbe Ferei-CCN Metalec. Cette longue carrière a été parsemée de résultats mémorables dont la belle apogée est fixée sur sa victoire au Criterium du Dauphiné 2010 devant un certain Alberto Contador. En plus ce spécialiste des courses d’une semaine a signé une 9e place honorable sur le Tour de France 2012 propulsant son pays à des stations jamais atteintes à l’époque. En parlant de spécialiste des courses d’une semaine, on retrouve toute la maestria en Simon SPILAK. « Ice-man » avait cette particularité de briller exclusivement en début de saison et a fait de la Suisse son territoire d’action favori avec deux Tours de Suisse (2015 et 2017) et un Tour de Romandie (2010) dans l’escarcelle. Il ne s’est jamais fait aux grands tours car ils les trouvaient très ennuyants en plus de détester la chaleur. Ayant pris sa retraite en 2019 ,il a assisté à l’éclosion précoce de Matej MOHORIC qui s’est servi d’un nouveau style de descente, interdit depuis le mois d’Avril passé , pour s’imposer de manière retentissante sur le circuit vallonné de Florence aux mondiaux espoirs de 2013. A seulement 19 ans il intégrait le World Tour constituant une grande curiosité à l’époque. Mais ce choix de vite monter dans le milieu professionnel s’est avéré comme un échec car il s’est baladé d’équipe en équipe avant d’aboutir à la maturité en 2018. Depuis lors il fait partie des rares coureurs à avoir gagné sur les trois grands tours. Le prochain de la liste est passé au vélo pour se remettre au niveau après sa blessure contractée dans le saut à ski ( discipline d’origine ) mais s’y plaira finalement pour devenir un mastodonte . Primoz ROGLIC comptabilise trois Vuelta , quinze victoires d’étape sur les grands tours et un monument (Liège Bastogne Liège 2020). Le médaillé d’or olympique (du contre la montre) court néanmoins derrière le Tour de France depuis prés de trois ans sans réussite contrarié principalement par Tadej POGACAR le dernier tonitruent des slovènes en date. En effet Le natif de Klanec bat tous les records de précocité flirtant constamment avec les cimes : 5 e du Tour de Slovénie à seulement 18 ans , son intégration au niveau supérieur a été si vite à tel point qu’en trois ans il a gagné deux Tour de France en plus de Liège Bastogne Liège et du Tour de Lombardie. En 2022 ils seront sept professionnels slovènes sur le circuit pour essayer de maintenir le pays dans le top 10 UCI des meilleurs nations .

Roglic lors de son succès sur le contre la montre des JO

Il ne sont plus en U23 et semblent avoir laissé passer leurs chances

Dans ce cyclisme moderne où beaucoup passent directement de junior à professionnel, parfaire ses galons dans la catégorie espoir sans un contrat dans le niveau supérieur au bout annihile les espoirs de pouvoir un jour réaliser ses rêves. On déplorera cette absence de structure de référence en Europe de l’Est laissant la plupart des gars sur le carreau. L’année passée on comptait seulement 4 équipes en Continental pour cet ensemble géographique avant l’ajout cette saison des serbes de la Ferei -CCN Metalac et des slovènes du Cycling Team Kranj qui reviennent à ce stade après dix années en Elite. C’est dans ce club slovène que Jaka PRIMOZIC a suivi un développement pendant une demi-décennie. Partagé entre son service militaire et le cyclisme il n’a jamais pu être régulier sur ce calendrier de course sans grandes variétés. Polyvalent à ses années en junior ,il a beaucoup de coup d’éclat à son actif à tel point que nous pensons qu’il ne peut que s’épanouir dans sa nouvelle équipe autrichienne la Hrinkow Advarics Cycleang. Un choix d’autant plus surprenant qu’il n’a pas pris la direction d’Adria Mobile au contraire de son ancien coéquipier Nik CEMAZAR qui a décroché il y a quelques mois sa première victoire sur la course monténégrine de l’Adriatic race. Ce longiligne rouleur grimpeur a pas mal de solides références en junior (très souvent supérieur à Pogacar ) mais c’est un peu perdu ces dernières saisons. Peut être veut il utiliser la même rampe de lancement que Roglic en intégrant l’historique Adria mobile ? Cette intégration, Kritsjan HOCEVAR l’a faite il y a 18 mois et a sorti une saison de belles factures en 2021. Son plus grand résultat reste sa 2e place sur la Course des Nations mais il reste sur la corde raide avec une forme versatile selon la course. En plus d’Adria Mobile ,la Ljubjana Gusto fait aussi dans la formation de jeunes coureurs et a vu passer dans ces rangs Tadej Pogacar. C’est dans cette structure à relents asiatiques que Jerman ZIGA a fait son retour pour se relancer après une brève saison en professionnel avec Androni Sidermec. Une situation pour le moins amer pour celui qui est allé à l’aventure très tôt à la FDJ continental. Ils seront 36 en Continental soit une hausse de 50 % par rapport aux effectifs des dernières années dont une belle brochette à moins de 23 ans.

Jerman Ziga ,Nik Cemazar ,Tadej Pogacar ,Jaka Primozic ,Isidore Penko,Horvat Ziga avant le départ des mondiaux d’insbruck

GLIVAR le prochain prodige?

Etant seulement de 2002, il est l’auteur d’une incroyable saison. Ces 44 jours de courses ont nettement mis en exergue son énorme potentiel et c’est surtout sa grandes constance qui détonne le plus . Sur sept mois il a enchainé des performances de hautes volets dans les classements généraux des courses comme le Tour d’Hongrie ,le Tour de Slovenie ,le Tour de Republique Tchéque. Il s’est bien comporté sur les étapes de montagne du Tour de l’Avenir tout en étant 7e meilleur jeune. Terminant la saison à un gros niveau, il est tout naturel de penser que dans son évolution la saison à venir serait l’année de la grande explosion. Il a d’ailleurs accepté de répondre à notre séance de questions réponses qui sera exposée dans les prochaines lignes .

Bonjour Gal, peux tu tout d’abord te présenter à nos lecteurs?

Salut je m’appelle Gal Glivar. J’ai 19 ans et je suis un cycliste slovène courant au niveau continental chez Adria Mobile .

Qu’est-ce qui t’as poussé à te lancer dans le cyclisme ?

j’apprécie beaucoup la liberté qui réside dans ce sport. Lorsque je m’entraine je suis déconnecté du monde et profite de la nature et de la constante mobilité .

Qui était ton coureur préféré quand tu était plus jeune?

Clairement Janez Brajkovic qui a été dans le top 10 du Tour de France .Et même actuellement il est parmi mes préférés.

Comment as tu trouvé ta saison passée ?

J’ai alterné le bon et le moins bon. j’ai mal commencé ma saison avec une vilaine chute . Ensuite je suis revenu en mai et après tout est allé dans le bon sens.

Quelle a été ta meilleure performance l’an dernier ?

Sur chaque course j’ai donné mon meilleur mais la 11 place sur les championnats d’Europe revêt beaucoup plus d’importance à mes yeux .

Vous serez l’un des coureurs U23 les plus suivis cette saison, quels sont tes objectifs ?

Mon principal challenge de cette saison est de corriger mes erreurs et surtout apprendre de mes coéquipiers plus expérimentés. Je ne veux surtout pas bruler une étape .

Tu as passé une bonne partie du mois de janvier à Teide, comment as tu trouver ce camp d’entrainement?

J’ai été pendant trois semaines sur l’ile de Gran Canarian. Avec l’équipe nous avons fait une très belle préparation pour la saison à venir. Toutes les conditions sont réunis pour rouler la bas .Ce weekend (ndlr le weekend passé )nous entameront un autre camp d’entrainement en Croatie.

Quelles courses rêves-tu de gagner en tant que professionnel ?

Le Tour de France c’est un rêve pour chaque coureur je devine.

Dans quelle catégorie de coureurs peux t’on te classer ?

J’adore grimper et je mets beaucoup d’efforts à m’améliorer. Assurément je veux être un grimpeur .

Que représentent les icônes nationales pour toi (Pogacar ,Roglic et Mohoric) ?

La Slovénie est un petit pays et le fait d’avoir les meilleurs coureurs du circuit est un réel plaisir. Mais par le passé on a eu de très bon coureurs comme Simon Spilak ,Janez Brajkovic,Tadej Valjavec et tant d’autres.

Comment trouves tu le projet Adria Mobile pour les jeunes coureurs ?

C’est ma 11e année dans la structure ,des catégories U13 jusqu’en élite. C’est une équipe près de chez de chez moi . Je l’aime beaucoup et je m’y sens comme dans une seconde famille.

Quelle sera ta course de reprise ?

Je reprendrai en Croatie sur l’Istrian Spring Trophy

Merci à Glivar de nous avoir accordé de son temps et nous lui souhaitons le meilleur pour cette année .

Gal Glivar en troisième position lors de l’attaquant d’Ayuso sur les championnats U23

D’autres pépites ?

Nous pouvons en ressortir deux du lot bien que l’ajout des nouvelles équipes continentales axées sur le développement simplifiera l’éclosion d’autres pousses . Le premier est Fran Miholjevic qui se retrouve dans les même eaux de performances que Glivar ( même âge) a connu aussi la maison Adria Mobile. Pourtant il est croate et peut espérer impacter l’histoire de son pays. Beaucoup plus complet que Glivar il a beaucoup à faire pour au moins faire oublier Kritsjan Durasek ou Robert Kiserlovski, deux grandes figures du cyclisme croate. Le premier connu de manière funeste pour une fin de carrière emmêlée avec le dopage et le second pour ses deux top 10 au classement général du Giro. Il court depuis l’année passée pour la formation italienne Cycling team Fruili sommant deux victoires en contre la montre en 2021 notamment. Le second est Matevz Govekar et il mérite à juste titre d’être référencer. Inconnue jusqu’en 2020, il a signé pour la Tirol KTM cycling, structure à majorité autrichienne. Ce puncher sprinter a fini à la 6e place du championnat de Slovenie juste derrière Pogacar et aussi à la 6 e du Troffeo Matteo en étant le premier non professionnel à finir si haut. Il a moins de temps que les premiers cités mais à 22 ans il serait intéressent de le voir sur un solide calendrier. Pour conclure dans la série des bonnes nouvelles il y a le lancement de la Pogi Team (sous l’initiative de Tadej Pogacar ) en classe junior regroupant en tout 24 slovènes de la génération 2005-2006. Ils ne vont pas tous devenir des grandes stars mais une chose est sur c’est un grand pas en avant pour réduire la perte des jeunes très tôt comme l’exemple d’Isidore Penko qui n’a pas pu avoir l’accompagnement adéquat après sa bonne tenue en junior .

You may also like

Leave a Comment