Home Articles Le MPCC : de quoi s’agit-il ?

Le MPCC : de quoi s’agit-il ?

by Gaspard Langrand

Le cyclisme est un des sports réputé pour sa difficulté physique, pour ses grandes courses, pour son histoire, pour le spectacle mais aussi pour ses scandales de dopage. L’Union Cycliste Internationale a mis en place l’un des règlements les plus complets sur le sujet. Le cyclisme a appris. De nos jours, les cas de dopages se font de plus en plus rare mais des produits considérés à la limite entre le légal et l’illicite subsistent. Ce sont des produits dits dans la “zone grise”. 

Le Mouvement Pour un Cyclisme Crédible (MPCC) tente d’éliminer ces zones floues et tente de rendre le cyclisme encore plus propre. En quoi consiste réellement le MPCC ? 


Qu’est ce que le MPCC ?

L’association se définit ainsi : “Le Mouvement pour un cyclisme crédible est une association qui a pour but de défendre l’objectif d’un cyclisme propre, en se basant notamment sur les notions de transparence, de responsabilité et de mobilisation de ses adhérents. Le MPCC est également un lanceur d’alertes sur les corticoïdes, le tramadol, le stilnox et la fraude technologique.” 

En bref, le MPCC est une association ayant pour but de lutter contre le dopage sous toutes ses formes en se basant, en partie, sur la responsabilité de ses membres. 

Le Mouvement est avant tout une philosophie. Un membre reste adhérent tant qu’il n’a pas décidé de quitter le MPCC. C’est une adhésion “à vie”. Dans la mesure où une organisation de course ne peut pas rejoindre le Mouvement, elle peut se joindre à la philosophie de l’association. Par exemple, A.S.O (l’organisateur du Tour de France), invite uniquement des équipes membres du MPCC.

L’association s’est formée à l’initiative du peloton et non de l’UCI. Ce ne sont pas les instances qui sont à l’origine de cette association. Il s’agit d’une organisation créée par les équipes elles-mêmes. 

Tout membre peut rejoindre ou quitter le MPCC quand il le désire. Le volontariat est un des principes de l’association.

En 2022, 50% équipes World Tour, 88% des Pro Teams et 5% des équipes Continental Teams font partie du MPCC. 

Le MPCC existe aussi dans le peloton féminin mais il est moins populaire. La part d’adhérents est de 35% pour les équipes World Teams et de 13% pour les Continentals Teams.

L’histoire de l’association

Le Mouvement est créé lors du Tour de France 2007. 

La veille du Grand Départ de Londres, lors de la réunion de l’association des équipes professionnelles, huit équipes quittent l’assemblée afin de protester contre la non-application de décisions prises par l’AIGCP (Association Internationale des Groupes Cyclistes Professionnels) à propos de l’éthique et du dopage. 

L’affaire fait suite le 24 juillet, durant la 2ème journée de repos. Sept des équipes ayant quittées la réunion annoncent la création du MPCC : AG2R Prévoyance, Agritubel, Bouygues Telecom, Cofidis, Crédit agricole, Française des jeux et Gerolsteiner. 

Le 24 juillet 2007 le Mouvement Pour un Cyclisme Crédible est né.

Quelques heures plus tard, le contrôle positif de Alexandre Vinokourov, d’Astana, est annoncé. Une annonce donnant encore un peu plus de crédibilité à la déclaration faite dans la journée. Le lendemain, les équipes membres du Mouvement font un sit-in (type de manifestation caractérisée par la position assise) pour montrer leur engagement. Le Mouvement prend de l’ampleur.

Depuis 2018, les coureurs, les encadrants et les organisateurs peuvent faire partie du Mouvement. Le MPCC n’est plus seulement composé d’équipes depuis.

Quelles sont les contraintes imposées par le MPCC ?

Afin de lutter plus strictement contre le dopage, le MPCC impose des contraintes à ses membres. Elles concernent la manière de gérer les cas de dopage avérés, la prise de certains produits, le marché des transferts, …

Par exemple, un coureur ayant triché, de manière médicamenteuse ou mécanique, doit impérativement être retiré de l’épreuve par l’équipe. L’équipe peut dans d’autres circonstances poursuivre un coureur pour atteinte à l’image de l’équipe. Une inspection de l’équipe doit être faite si plusieurs cas de dopages sont avérés.

Les coureurs ne doivent pas prendre de produits dans la zone grise (Cétones, …). Les infiltrations locales de corticoïdes devront être validées par le médecin responsable de l’équipe et huit jours d’arrêt devront suivre. En cas de cortisolémie (taux de cortisol dans le sang) effondrée, après huit jours de repos, une prise de sang doit être effectuée.  Quand la cortisolémie est trop basse, cela signifie généralement que des corticoïdes ont été consommés.  

En ce qui concerne les transferts, une équipe ne doit pas recruter un coureur impliqué dans une affaire de dopage (dans le cas où la sanction a dépassé plus de six mois d’arrêts) dans les deux années suivant la suspension.

Des écarts malgré tout

A peine l’association créée, sa crédibilité tombe. Le lendemain de l’annonce de la création du MPCC, Cristian Moreni, membre de la formation Cofidis (co-créateur du Mouvement), est testé positif à la testostérone. L’équipe, conforme à son engagement, quitte le Tour. 

Suite à un non-respect de l’éthique imposée par le MPCC, l’équipe Columbia est contrainte de se retirer du Mouvement en 2009.

En 2013, l’équipe Europcar sera forcée de quitter l’association momentanément suite à une cortisolémie trop faible de Pierre Rolland.

Pour la même raison, la Bardiani CSF quittera le MPCC en 2015. Cette fois-ci, sur la décision de Bruno Reverberi, le manager de l’équipe.

Un mois plus tard, le MPCC demande à l’équipe Astana de retirer Lars Boom, suite à une cortisolémie trop basse, de sa startlist initiale pour la Grande Boucle. Le néerlandais fera tout de même le Tour. En représailles, le Mouvement exclut l’équipe de ses adhérents en septembre. 

En octobre de la même année, Vini Zabù, une équipe italienne, quitte également le Mouvement pour manquements à leurs engagements.


En conclusion, le MPCC veut effacer le passé compliqué du cyclisme sur le sujet du dopage. Il fait le rêve utopiste que, de nouveau, la triche disparaisse et que les coureurs soient sur un pied d’égalité. 

Le MPCC ne peut pas avoir de valeur officielle car il est basé sur le volontariat.

Chacun est libre d’adhérer à ce qu’il souhaite et de faire les démarches voulues pour prouver son innocence et montrer qu’il fait preuve d’éthique mais, dans ce cas, pourquoi ne pas tout mettre en place pour montrer sa bonne volonté ? Probablement à cause de la fameuse zone grise.

Le règlement complet du MPCC est ici

Source image mise en avant : Adobe Stock

You may also like

Leave a Comment