Home ArticlesFocus Sandy Dujardin, l’étoile montante de la Total Energies

Sandy Dujardin, l’étoile montante de la Total Energies

by François-Xavier Roux

Le puncheur Sandy Dujardin, a eu besoin de seulement quatre jours dans le peloton professionnel, pour décrocher sa première victoire professionnelle. Vainqueur au sprint de la deuxième étape du Tour du Rwanda 2022, l’Ardéchois témoigne de qualités qui lui promettent un bel avenir, aussi bien en cyclisme sur route que dans la pratique du cyclo-cross.

La famille Dujardin, une passion pour la petite reine

Originaire d’Ardèche, c’est au sein de l’Union Cycliste Tain Tournon (UCTT) que Sandy Dujardin effectue ses premiers coups de pédales. C’est à l’âge de 8 ans qu’il intègre ce club, par esprit de compétition mais aussi en prenant exemple sur son grand-père, alors président de club, et son père, amateur régulier. Pour l’anecdote, Sandy Dujardin n’est pas le seul de sa fratrie à perpétrer cette tradition familiale car c’est aujourd’hui sa sœur (Salomé Dujardin) qui est la présidente de l’UCTT. Pendant presque dix ans, Sandy Dujardin sillonne donc les routes de la Drôme et de l’Ardèche avec le maillot de l’UCTT. Il remporte ainsi sa première victoire sur route dans la catégorie Benjamin (11-12 ans) à Bourg-Lès-Valence (Drôme). Et pour ce compétiteur, la trêve hivernale ne veut pas dire fin des courses car il bascule sur le cyclo-cross où il est tout aussi talentueux.

Sandy Dujardin, une pépite du cyclo- cross

Sandy Dujardin lord d’un cross de Coupe du Monde en 2019
© Freddy Guérin

En effet, le coureur ardéchois ne se restreint pas au bitume et apprécie aussi l’intensité qu’offre le cyclo-cross. Dès son jeune début sur route, il varie ses sorties cyclistes en consacrant une large partie de son entrainement au cyclo-cross, discipline dans lequel il apprécie particulièrement l’aspect technique de la course. Il réalise notamment de très belles performances. Ainsi, dès la catégorie cadet (15-16 ans), il termine à la troisième place du championnat de France Cadet 2013. En 2019, en catégorie espoir cette fois-ci, il termine à la même place de la même compétition. Sandy Dujardin brille aussi au niveau mondial, comme en 2018 où il finit cinquième d’une manche de coupe du monde.

Un talent freiné par le travail

Pour la saison 2017, il quitte l’UCTT pour l’Espoir Cycliste Saint – Etienne Loire (ECSEL). Ce transfert s’explique par son attrait de la compétition toujours plus fort, attrait que son club formateur ne remplissait plus en raison de la limite d’âge. Il accède ainsi à des courses au rayonnement national, mais aussi avec un niveau bien plus élevé. Il parvient tout de même à marquer quelques points en Coupe de France au fil des courses. Pendant quatre ans, il enchaîne les courses mais ne peut pleinement se consacrer au vélo. En effet, ses parents n’adhèrent pas à l’idée qu’il fasse du cyclisme son métier et le pousse donc à travailler à côté. C’est ainsi que pendant trois ans, en parallèle du vélo, il travaille 25 heures par semaine en tant que maçon.

Sandy Dujardin sous les couleurs de l’Espoir Cycliste Saint – Etienne Loire (ECSEL)
© Direct Vélo

Sandy Dujardin à Vendée U, le début de son explosion

Sandy Dujardin se consacre totalement au vélo en 2020 et signe en 2021 à Vendée U, l’antichambre de l’équipe professionnelle TotalEnergies. Cette structure plus professionnalisante lui offre un cadre de travail idéal. Il remporte ainsi cinq épreuves et figure sur de nombreux podiums durant la saison 2021, En plus de cette structure professionnelle, il roule régulièrement avec Pierre Latour et Anthony Turgis, deux coureurs de la TotalEnergies. Tout est donc fait pour qu’il passe au plus haut niveau rapidement. Et au bout d’un an seulement, il signe à la TotalEnergies.

Des débuts flamboyants dans le monde professionnel

Sandy Dujardin lors de la 2ème étape du Tour du Rwanda 2022
© Tour du Rwanda

Fort d’un contrat de deux ans avec l’équipe vendéenne, Sandy Dujardin réalise donc son souhait de courir au plus haut niveau. Lors d’un interview de pré – saison, il se présente comme un puncheur de 24 ans, qui apprécie particulièrement frotter. Il préfère les courses d’un jour, comme Milan San – Remo (disputé cette année le 19 mars), et veut profiter de cette première année dans le monde professionnel pour acquérir de l’expérience en se mettant au service du collectif. Mais son instinct de compétiteur est toujours présent, comme nous avons pu le voir au Tour du Rwanda 2022, où il remporte la deuxième étape. On l’avait aussi vu à l’avant lors du Grand Prix La Marseillaise.

Sur les deux épreuves où il a été aligné, Sandy Dujardin a marqué par sa volonté de bien faire et son punch à l’avant. Les échéances à venir ne devraient que confirmer cet excellent début de carrière, malgré une arrivée tardive dans le monde professionnel. La TotalEnergies tient ici une pépite encore en formation, mais avec un talent certain qu’il a déjà pu démontrer.

You may also like

Leave a Comment